Aidez-moi à répondre à vos préoccupations : Cliquez ici pour participer au sondage RetourVital
Vivre longtemps en bonne santé
Translate this Web page in English with Google Traduzca este Web site en español con Google Übersetzen Sie diese Web site auf Deutsch mit Google Tradure questa pagina in italiano. Tradure esta página portuguais.

Sites sur la santé

Présentation de l'auteur

Aritma

Contactez moi






Accidents de la vie courante : la plupart pourraient être évités

Un phénomène grave mais peu médiatisé

Les statistiques générales des accidents de la vie courante (hors accidents cardiaques) en France sont données par le tableau suivant (année 1998, INSERM) :

Classe d'âge : jusqu'à ... années
1 14 24 44 64 74 75 Total
Chutes 6 44 86 297 653 827 7643 9 556
Etouffements 55 47 19 179 419 472 2117 3 308
Noyades 7 69 45 131 156 74 84 566
Empoisonnements 0 12 19 89 117 82 228 547
Feu 2 38 17 96 90 52 134 429
Autres 11 80 299 704 868 567 1253 3 782
Total : 81 290 485 1 496 2 303 2 074 11 459 18 188

On constate le nombre très élevé de décès chez les personnes âgées, souvent victimes de chutes ou d'étouffements. Pour les enfants, le risque de décès par noyade ou étouffement est par contre le plus fort.

La plupart des décès sont évitables

Les accidents domestiques (y compris dans les activités de loisir) font donc chaque année 18 000 morts en France. La plupart d'entre eux pourraient être évités :

  • Par une meilleure prévention des accidents, en particulier des chutes, noyades et empoisonnements dont beaucoup pourraient être évités
  • Par la connaissance plus large des gestes de première urgence, les secours arrivant souvent trop tard : 10 000 vies pourraient être sauvées chaque année en France selon la croix rouge

D'autre part, 45 000 personnes décèdent chaque année en France d'un arrêt cardiaque ayant pour cause une fibrillation ventriculaire (par exemple un infarctus du myocarde). On estime qu'un tiers soit 15 000 décès par arrêt cardiaque pourraient être évités si on disposait plus largement de défibrillateurs portables, par exemple dans les lieux publics et les copropriétés, et que l'on formait suffisamment de personnes à leur usage.

On voit donc le potentiel énorme de progrès qui existe en France au niveau des accidents domestiques et cardiaques. Pourtant ce thème n'est pas fortement relayé par les média en France, et on en entend beaucoup moins parler que des accidents de la route par exemple, qui font pourtant beaucoup moins de morts.

On peut se demander si des cours de premiers secours et de sécurité domestique ne devraient pas être obligatoires dans le cursus scolaire, afin de rendre les futurs citoyens sensibilisés à cet enjeu majeur.

Accidents de la vie courante

--> Prévenir les accidents

--> Se préparer aux premiers secours

Sites Web

National Center for Injury Prevention and Control (Etats-Unis)

INSERM : Institut National de la Santé Et de la Recherche Médicale

Bibliographie

[Cfe96]

« La santé en chiffres, accidents de la vie courante », Comité Français d'Education pour la Santé, 1996.

Durant ces deux décennies, la baisse des accidents de la vie courante a été à la fois spectaculaire et insuffisante. Une mobilisation est donc encore nécessaire afin que cette mortalité et cette morbidité, qualifiées par le Haut Comité de la santé publique d’évitables, diminuent encore.
Ce document présente une synthèse des principales données épidémiologiques disponibles aujourd’hui en France. Ce travail a été réalisé par la Cellule nationale d’observation des accidents de la vie courante (Coac) mise en place en 1997 à l’initiative de la direction générale de la Santé et en lien avec des institutions qui collectent, exploitent ou valorisent des données relatives aux accidents de la vie courante.