Aidez-moi à répondre à vos préoccupations : Cliquez ici pour participer au sondage RetourVital
Vivre longtemps en bonne santé
Translate this Web page in English with Google Traduzca este Web site en español con Google Übersetzen Sie diese Web site auf Deutsch mit Google Tradure questa pagina in italiano. Tradure esta página portuguais.

Sites sur la santé

Présentation de l'auteur

Aritma

Contactez moi






L'alcool : des seuils de dangerosité méconnus en France

Un verre de vin (au-delà des 3 verres) =
21 mn d'espérance de vie perdue pour un homme
30 mn d'espérance de vie perdue pour une femme

Hypothèses :

Perte d'espérance de vie par buveur excessif (plus de 3 verres par jour) : 1,2 ans = 630 720 minutes
Consommation moyenne journalière par buveur excessif : 5 verres (deux de trop)
Nombre de verres en trop consommés en 40 ans de consommation excessive : 40 * 365 * 2 = 29 200

Résultat :

1 verre en trop = 630 720 / 29 200 = 2,6 minutes de vie perdue
(estimation pour une femme : 30 mn par verre en trop)

Les Français champions de la consommation d'alcool

La consommation d'alcool par habitant dans pays développés les plus peuplés était la suivante en 2000 (en litres d'alcool pur par habitant et par an) :

Pays Consommation
France 10,7
Allemagne 10,6
Espagne 9,9
Royaume Uni 8,1
Italie 7,7
Etats-Unis 6,7
Japon 6,6

On constate que, même si la consommation d'alcool en France a pratiquement été divisée par deux depuis les années cinquante, la France reste le grand pays développé ayant la consommation d'alcool la plus forte par habitant. La table suivante (source : direction générale de la santé, étude 2003) montre par tranche d'âge le pourcentage d'hommes et de femmes en France qui consomment de l'alcool tous les jours :

Tranche d'âge Hommes Femmes
18 – 25 ans 4 % 0,6 %
26 – 34 ans 9,6 % 2,8 %
35 – 44 ans 22,4 % 6 %
45 – 54 ans 41,1 % 15,3 %
55 – 75 ans 59,9 % 27,7 %

On constate clairement que :

  • La consommation d'alcool touche beaucoup plus les hommes que les femmes, quel que soit l'âge
  • Les jeunes sont beaucoup moins touchés, alors que les plus de 45 ans sont la principale population à risque

Le nombre de verres consommés par les buveurs réguliers selon l'âge est le suivant (direction générale de la santé, étude 2003) :

Tranche d'âge Hommes Femmes
12 – 14 ans 1,5 1,1
15 – 19 ans 2,6 2,0
20 – 25 ans 3,3 1,9
26 – 34 ans 2,8 1,8
35 – 44 ans 3,0 1,8
45 – 54 ans 3,1 1,7
55 – 64 ans 3,2 1,6
65 – 75 ans 2,6 1,5

Il semble donc que le comportement des buveurs réguliers varie peu avec l'âge. Il n'y a pas de « modération » des jeunes générations, pas plus qu'il n'y aurait réellement de modération avec l'âge. Seul le nombre de buveurs varie fortement en fonction de la génération.

Des seuils de dangerosité méconnus

Contrairement à ce que beaucoup de Français croient, il n'est pas nécessaire d'être physiquement dépendant de l'alcool ni de se « saouler » pour décéder d'un cancer ou d'une autre maladie causée par l'alcool. En effet, les seuils de dangerosité pour la santé de la consommation d'alcool déterminés par l'OMS sont de :

deux verres par jour pour les femmes

trois verres par jour pour les hommes

quatre verres en cas de consommation occasionnelle

Au-delà de ses seuils, la consommation d'alcool devient rapidement dangereuse pour la santé, causant entre autres de nombreux cancers, maladies digestives et problèmes cardiaques. D'autre part, dans les cas suivants, toute boisson alcoolisée représente un risque :

  • pendant la grossesse et l'allaitement (en France, environ 1 000 cas de syndrome d'alcoolisme fœtal par an, qui se traduit par de nombreuses malformations pour l'enfant)
  • pour les enfants
  • quand on conduit un véhicule
  • pour les opérateurs de machines dans l'industrie
  • quand on exerce un travail qui nécessite de la vigilance
  • quand on prend certains médicaments
  • pour certaines maladies chroniques ou aiguës (hépatite virale, pancréatite, épilepsie…)

En France, les hommes qui consomment de l'alcool en consomment en moyenne 2,9 verres par jour, les femmes 1,7. Le nombre de buveurs qui dépassent les seuils de dangerosité représente 14 % des adultes pour les hommes, 4 % pour les femmes, soit au total 4,5 millions de personnes.

45 000 morts par an et 4,5 millions de Français en danger

La consommation d'alcool représente un risque majeur, en particulier pour les nombreux Français qui croient que le seuil de danger est plus élevé ou sous-estiment leur consommation. En effet, l'alcool est responsable d'environ 45 000 morts chaque année en France (soit 8 % de tous les décès) : 38 000 chez les hommes et 7 000 chez les femmes. En moyenne, l'alcool est à l'origine d'un décès sur 7 chez les hommes, contre 1 sur 33 chez les femmes.

La perte d'espérance de vie en cas de consommation excessive d'alcool est estimée à 1,2 ans. En mars 2000, un rapport publié dans « la documentation Française » estimait que la répartition des décès dus à l'alcool en France était la suivante :

Type de décès Total Hommes Femmes
Cancers* 16 000 14 000 2 000
Maladies digestives** 8 200 6 000 2 200
Maladies cardio-vasculaires 7 600 7 000 600
Accidents*** 7 100 6 000 1 100
Troubles mentaux 2 500 2 000 500
Maladies respiratoires 1 100 1 000 100
Autres 2 500 2 000 500
Total : 45 000 38 000 7 000

* lèvres, bouche, pharynx, œsophage, larynx

** dont cirrhoses du foie

*** de la route, du travail, domestiques, suicides


Les risques de cirrhose du foie et d'accident sont bien connus de la majorité des Français, mais il n'en est pas de même des risques de cancers et de maladies cardio-vasculaires.

Pour ce qui est des maladies cardio-vasculaires, autant certaines études semblent montrer qu'une consommation modérée (un verre par jour par exemple) diminue les risques cardio-vasculaires, autant une consommation de plus de trois verres les augmente rapidement.

L'excès d'alcool crée également des carences en vitamines, ce qui diminue la résistance aux maladies.

L'association alcool – tabac est un facteur d'aggravation du risque, qui devient alors supérieur à la somme des risques de l'alcool et du tabac pris séparément.

Des conséquences sociales graves

La consommation trop importante d'alcool a également un effet destructeur pour la société, pour la minorité de buveurs excessifs qui deviennent dépendants et ne contrôlent plus leur consommation.

L'alcool est en effet responsable de nombreuses violences contre soi-même (suicides ou tentatives de suicides) et contre les autres (conjoints et enfants battus).

Alcool, tabac et drogues

--> Le tabac tue la moitié de ses consommateurs

--> L'alcool : seuil de dangerosité méconnu

--> L'héroïne

--> Le cannabis

Sites Web

ANPA : Association Nationale de Prévention de l'Alcoolisme

Bibliographie

[Anp01]

« Synthèse documentaire Alcool et statistiques », Association Nationale pour la Prévention de l'Alcoolisme (ANPA), 2000/2001.

 

[Inp]

« Savoir plus risquer moins - Alcool », MILDT - Mission Interministérielle de Lutte contre la Drogue et la Toxicomanie, INPES - Institut National de Prévention et d'Education pour la Santé.

 

[Inp03]

« Les hommes et l'alcool », Institut National de Prévention et d'Education pour la Santé (INPES) & Direction Générale de la Santé, 22 Janvier 2003.

 

[Ins01]

« Alcool : effets sur la santé », Expertise collective INSERM, Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM), Septembre 2001.

 

[Ins03]

« Alcool : dommages sociaux, abus et dépendance », Expertise collective INSERM, Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM), Février 2003.

 

[Mun91]

« Alcool, Tabac, Mortalité », Francisco Munoz-Perez & Alfred Nizard, Population & Sociétés N°254, Février 1991.