Aidez-moi à répondre à vos préoccupations : Cliquez ici pour participer au sondage RetourVital
Vivre longtemps en bonne santé
Translate this Web page in English with Google Traduzca este Web site en español con Google Übersetzen Sie diese Web site auf Deutsch mit Google Tradure questa pagina in italiano. Tradure esta página portuguais.

Sites sur la santé

Présentation de l'auteur

Aritma

Contactez moi






Anti-oxydants : des alliés contre le vieillissement

Les anti-oxydants : gardiens de notre santé

La nourriture, l'oxygène, le tabac, les polluants entre autres apportent des oxydants (les « radicaux libres ») qui sont considérés aujourd'hui parmi les plus importants responsables du vieillissement et de la fragilisation de l'organisme contre les maladies.

Or notre organisme dispose d'une parade à ces agressions extérieures : les anti-oxydants qu'il fabrique lui-même, ou qu'il puise dans les aliments, en particulier les fruits, les légumes, le thé, le vin. Ces anti-oxydants provenant de notre alimentation sont nombreux (flavonoïdes du thé, du vin et des fruits et légumes, vitamines C et E par exemple), et extrêmement utiles.

Nous savons aujourd'hui que les anti-oxydants jouent un rôle essentiel dans la prévention des risques de cancer, cardio-vasculaires et du vieillissement en général. On comprend donc l'intérêt crucial d'une alimentation équilibrée pour la santé.

Les anti-oxydants dont notre organisme a besoin pour lutter contre les agressions de son environnement peuvent être apportés de diverses façons :

  • ceux naturellement produits par notre organisme. Nous les produisons en quantité importante quand nous sommes jeunes, mais leur production décline avec l'âge pour beaucoup d'entre eux, ce qui rend la supplémentation intéressante à partir de la trentaine ou de la quarantaine
  • ceux apportés par l'alimentation
  • ceux apportés par des plantes « médicinales »

Les anti-oxydants de notre organisme

Les anti-oxydants principaux produits par notre organisme sont les suivants :

  • Superoxyde dismutase (SOD) : elle est présente dans nos mitochondries (la partie de la cellule qui produit l'énergie). Pour que notre organisme en produise, il a besoin de Zinc, de Cuivre et de Manganèse
  • Glutathion peroxydase (GPx) : Elle transforme le peroxyde d'hydrogène (ou eau oxygénée, un radical libre produit naturellement servant à lutter contre les bactéries et autres corps étrangers) en eau. Pour produire du GPx, notre organisme a besoin de Sélénium et de glutathion réduit.
  • Catalase
  • Méthionine sulfate réductase
  • Coenzyme Q10 (forme réduite : Ubiquinol)
  • Mélatonine : cette hormone est également un anti-oxydant puissant. Elle est produite par la glande pinéale, et régule notre sommeil. On soupçonne qu'elle a un rôle majeur dans la limitation du vieillissement. Elle est aujourd'hui interdite à la vente en France, mais autorisée dans de nombreux pays.
  • N-acétylcistéïne (NAC)

Les anti-oxydants apportés par l'alimentation

Notre alimentation nous apporte de nombreux anti-oxydants. Si notre alimentation est équilibrée, cet apport nous permet de ne pas avoir de carence, mais ne constitue cependant pas une dose optimale du point de vue de la lutte contre le vieillissement et les maladies. D'où l'intérêt de la supplémentation.

Ces anti-oxydants sont les suivants :

  • Vitamines A, C et E (voir chapitre sur les vitamines)
  • Zinc, Sélénium (voir chapitre sur les minéraux)
  • Les caroténoïdes : Beta-carotène et autres carotènes, lycopène
  • Les flavonoïdes
  • Les anthyocanes (myrtilles)
  • Le resvératrol : cet anti-oxydant puissant vient du raisin. Il aurait la propriété unique (démontrée pour l'instant sur des vers minuscules) d'activer le gène de longévité
  • La curcumine : apportée par le curcuma, épice donnant au curry sa couleur jaune)
  • L'acide lipoïque : cet « antioxydant universel » est nécessaire à la génération d'énergie par les cellules, et permet à notre organisme de générer d'autres anti-oxydants : vitamines C et E, Glutathion, Ubiquinol (coenzyme Q10). Il aurait donc un rôle majeur.

Les anti-oxydants apportés par les plantes

Les dernières décennies ont montré que de nombreuses plantes utilisées dans la pharmacopée traditionnelle de divers pays contiennent des anti-oxydants spécifiques qui expliquent au moins en partie leurs propriétés curatives.

L'acide lipoïque

L'acide lipoïque se trouve principalement dans les rognons, le cœur, la viande de bœuf, les épinards, les brocolis. Notre foie peut également en synthétiser un peu, mais cette capacité diminue avec l'âge.

C'est probablement l'anti-oxydant le plus universel et le plus bénéfique pour notre santé, et ce pour les raisons suivantes :

  • C'est un catalyseur nécessaire à la génération d'énergie par les cellules (synthèse de l'ATP dans les mitochondries)
  • Il est soluble dans l'eau et la graisse, et passe facilement dans notre sang. Il atteint même facilement notre cerveau.
  • C'est un anti-oxydant très puissant
  • Il permet à notre organisme de générer d'autres anti-oxydants essentiels : vitamines C et E, Glutathion, Coenzyme Q10 (sous forme réduite d'ubiquinol)
  • Il préserve notre ADN, en participant à sa réparation en cas d'altération
  • Il est tout à fait sûr : il n'y a pas de risque de surconsommation (pas de toxicité)

Il a été démontré que sa forme naturelle est 6 fois plus efficace que la forme de synthèse. Il est donc essentiel en cas de complémentation de s'assurer que c'est une source naturelle et non chimique d'acide lipoïque qui est utilisée.

La dose optimale est de 50 mg / jour.

L'acide lipoïque consommé à dose de 1 gramme par jour (20 fois plus que la dose optimale) peut provoquer quelques effets sans gravité.

Le resvératrol

La mélatonine

La mélatonine est produite par la glande pinéale. C'est une hormone indispensable de l'organisme, qui en particulier régule le sommeil.

C'est également un puissant anti-oxydant.

Des études sur des animaux ont montré une augmentation de la fréquence des tumeurs induites par des substances carcinogènes chez des souris dont la glande pinéale avait été enlevée. L'addition de mélatonine permettait d'inverser la situation. Il semble dont très probable que la mélatonine ait un effet protecteur contre les cancers, et que la supplémentation en mélatonine naturelle ait le même effet chez les personnes ne produisant pas assez de mélatonine.

Or la mélatonine diminue avec l'âge. A 50 ans, son taux est en moyenne huit fois moindre par rapport à l'adolescence.

Pour son effet régulateur du sommeil (en particulier pour les personnes âgées), ses effets de retardement du vieillissement, ses effets de prévention des cancers, on comprend bien pourquoi la mélatonine est aux Etats-Unis en vente libre (y compris dans les supermarchés). La mélatonine est en effet également une substance qui présente très peu de risques (voir chapitre sur les hormones). On est en droit dans ces conditions de douter du bien fondé de l'interdiction de cette substance en France (qui n'est délivrée que sur ordonnance, et qui rappelons le n'est pas un médicament).

Le vieillissement

--> La restriction calorique augmente la durée de vie

--> Vitamines

--> Minéraux

--> Métaux lourds dangereux

--> Anti-oxydants

--> Suppléments alimentaires

--> La glycation : attention aux sucres!

--> Les hormones : compenser leur baisse avec l'âge

Sites Web

Alliance for Natural Health

Plus importante association européenne promouvant la santé par la médecine naturelle. Le site est en trois langues : Anglais, Français et Suédois.

Health Freedom Movement (HFM)

regroupe plus de 700 associations pour la liberté de la santé

Office of Dietary Supplements, National Institutes of Health

What doctors dont tell you

(Ce que les médecins ne vous disent pas) Lettre d'informations du Royaume-Uni sur les médecines douces, éditée par McTaggart.

American Council on Science and Health

Cette organisation propose des publications sur un certain nombre de thèmes concernant la santé, dont les vitamines.

University of Illinois website on Functional Foods

CalciumInfo

Site sponsorisé par Smithkline Beechum permettant de connaître les vitamines et autres nutriments contenus dans les différents aliments

Institute of Medicine

Rapports complets donnant des recommandations pour des nutriments spécifiques

American Institute for Cancer Research (AICR)

Bibliographie

[Ada02]

« Vitamins, Carotenoids, and Phytochemicals », A.D.A.M., 2002.

 

[Kus96]

« Dietary Antioxidant vitamins and death from coronary heart disease in postmenopausal women », New England Journal of Medecine, N°334, pp.1156-1162, L.H. Kushi, A.R. Folsom, R.J. Prineas, P.J. Mink, Y. Wu & R.M. Bostick, 1996

 

[Los96]

« Vitamin E and vitamin C supplement use and risk of all-cause and coronary heart disease mortality in older persons: the Established Populations for Epidemiologic Studies of the Elderly », K.G. Losoncsy, T.B. Harris, R.J. Havlik, American Journal of Clinical Nutrition N°64, pp.190-196, 1996.

 

[Rim93]

« Vitamin E consumption and the risk of coronary heart disease in men », New England Journal of Medecine N°328: pp.1450-1456, E. Rimm, M.J. Stampfer, A. Ascherio, E. Giovannucci, G.A. Colditz, W.C. Willett, 1993

 

[Sta93]

« Vitamin E consumption and the risk of coronary disease in women », New England Journal of Medecine N°328, pp.1444-1449, M.J. Stampfer, C.H. Hennekens, J.E. Manson, G.A. Colditz, B. Rosner & W.C. Willett, 1993.