Aidez-moi à répondre à vos préoccupations : Cliquez ici pour participer au sondage RetourVital
Vivre longtemps en bonne santé
Translate this Web page in English with Google Traduzca este Web site en español con Google Übersetzen Sie diese Web site auf Deutsch mit Google Tradure questa pagina in italiano. Tradure esta página portuguais.

Sites sur la santé

Présentation de l'auteur

Aritma

Contactez moi






Pollution de l'air : lourde cause de mortalité

Déménager dans un environnement non pollué = 1 an d'espérance de vie en plus
Retour vital = 15,9

Hypothèses :

(Etude Perls & Hutter Silver) Différence d'espérance de vie entre environnement pollué et non pollué : 1 an = 8 760 heures
Déménager : 320 + 30 + 200 = 550 heures
- recherche d'un travail : Quatre mois à 4 heures / jour pendant la semaine : 4*20*4 = 320 heures
- recherche d'une location, y compris 10 visites : 30 heures
- déménagement : 20 jours à 10 Heures / jour : 200 heures

Résultat :

Retour vital = 8 760 / 550 = 15,9

Une étude menée en France, Suisse et Autriche (publiée dans le Lancet) conclut que la pollution de l'air cause 6 % de tous les décès, c'est-à-dire 40 000 morts par an, dont 30 000 en France. Les études américaines (antérieures) confirment ce chiffre.

Des estimations bien inférieures sont pourtant souvent avancées. Elles prennent en compte uniquement les effets à court terme de la pollution atmosphérique (à un ou quelques jours) et non pas ses effets à long terme.

Les effets à court terme

L'étude des effets à court terme étudie la mortalité dans les jours qui suivent la pollution atmosphérique. La mortalité additionnelle due à une augmentation de 10 microgrammes par mètre cube de particules « PM10 » sur 90 villes américaines est estimée comprise entre 0,24 et 0,41 % (Etude NMMAPS).

Les effets à long terme

Les études sur les effets chroniques (à long terme) de la pollution de l'air étudient la différence de pollution entre villes plus ou moins polluées dans le monde (en excluant les autres facteurs). Une étude américaine de l'American Cancer Society publiée en 2002 et réalisée sur 20 ans et 1,2 millions d'américains estime une augmentation totale de la mortalité de 4 % à 5 % par 10 microgrammes/m3 de particules (se répartissant en 6 % d'augmentation des morts par maladies cardiovasculaires et respiratoires, et 8 % des cancers du poumon). Les effets à long terme de la pollution atmosphérique sont donc 15 fois plus importants que les effets à court terme.

Une étude similaire Européenne conduite en France, Autriche et Suisse et publiée dans le Lancet estime que la pollution atmosphérique est responsable de 6 % de tous les décès, soit 31 000 personnes en France, dont :

  • 7,8 % des maladies cardiovasculaires, soit 13 000 morts par an
  • 7,8 % des maladies respiratoires, soit 3 400 morts par an
  • 10,4 % des cancers du poumon, soit 3 100 morts par an

Le polluant le plus dangereux : les particules fines

D'après les conclusions d'une étude du « CAFE » (Clean Air For Europe programme), qui a pour objectif de définir les futures normes européennes acceptables de pollution de l'air :

  • Les polluants les plus préoccupants sont les particules fines et l'ozone
  • Les particules fines causent des morts prématurées et diminuent la qualité de la vie
  • Il n'existe pas de seuil (l'effet est linéaire) : toute diminution de cette pollution est bénéfique pour la santé
  • L'ozone affecte également la santé ainsi que l'écosystème

Les particules de l'air sont généralement divisées en :

  • grosses particules, d'un diamètre supérieur à 10 micromètres, non dangereuses pour la santé
  • particules de diamètre inférieur à 10 micromètres (PM10), qui pénètrent dans les poumons
  • particules de diamètre inférieur à 2,5 micromètres (PM2.5)

Il est maintenant établi que ce sont les particules les plus fines (diamètre inférieur à 2,5 micromètres) émises essentiellement par les moteurs diesel qui atteignent en plus grand nombre les alvéoles des poumons, et causent le plus de dommages pour la santé. La concentration moyenne en France des particules est de 23,5 microgrammes par m3, dont 8,9 attribuables au trafic routier, ce qui implique que la circulation automobile serait responsable en France de 11 700 décès, pour la plupart dus aux moteurs diesel.

Remarquons que la France :

  • est le pays qui dispose du plus fort taux de motorisation diesel
  • est en retard en matière d'équipements de mesure des particules fines
  • avantage fiscalement la motorisation diesel par rapport à l'essence (voir le tableau ci-dessous qui concerne les données 2001, source : Union routière de France)
  Essence sans plomb 95 Diesel
Prix hors taxes 0,29 Euros 0,29 Euros
Total des taxes 0,74 Euros 0,51 Euros
Prix de vente final 1,04 Euros 0,80 Euros
Total des taxes en % 254 % 174 %

La sous taxation du diesel par rapport à l'essence (alors qu'à l'évidence les impératifs de santé publique conduiraient à surtaxer le diesel) est donc sans doute à elle seule responsable de plus de morts que tous les accidents de la route.

On ne peut que déplorer la force du « lobby » du diesel en France, qui réussit depuis dix ans à empêcher une réforme qui sauverait sans doute plus de dix mille vies chaque année en France.

Sites Web

APHEIS : Air Pollution and Health, a European Information System

CAFE : Clean Air For Europe programme

Commission Européenne : Thème "Qualité de l'air"

European Topic Centre on Air Quality (European Environment Agency)

Union Routière de France

Bibliographie

[Ame00]

« Fine Particulate Air Pollution and Mortality in 20 US Cities », 1987–1994, Jonathan M.S. Amet, Francesca Dominici, Frank D. Curriero, Ivan Coursac, Scott L. Zeger, The New England Journal of Medicine, Volume 343, Numéro 24, 14 Décembre 2000.

 

[Bur02]

« Lung Cancer Cardiopulmonary Mortality and Long-Term Exposure to Fine Particulate Air Pollution », C.A. Burnett, R.T., Thun, M.J., Calle, E.E., Krewski, D., Ito, K., and Thurston, G.D. JAMA, March 2002.

 

[Gre02]

« Particulate Matter : What have we learned about PM since 1997 ? What do we need to know ? », Dan Greenbaum, Health Effects Institute, presentation to STAPPA – ALAPCO Stowe, Vermont, September 2002.

 

[Hoe02]

« Association Between Mortality and Indicators of Ttraffic-related Air Pollution in the Netherlands : A Cohort Study », Gerard Hoek, Bert Brunekreef, Sandra Goldbohm, Paul Fischer, Piet A van den Brandt, The Lancet, September 24, 2002.

 

[Kje02]

« Air Pollution and its Health Impacts : The Changing Panorama », Tord E Kjellstrom, Anne Neller and Rod W Simpson, MJA Vol 177 2/16 December 2002.

 

[Oms99]

« Health Costs due to Road Traffic-related Air Pollution », Summary of the results of the Austrian, French and Swiss study evaluating the costs of the health impacts of transport-related air pollution, Organisation Mondiale de la Santé, bureau regional de l'europe, 1999.

 

[Oms01]

« Impacts of Air Pollution on Health and Economy », Organisation Mondiale de la Santé, WHO European Centre for Environment and Health, Michal Krzyzanowski, 2001.